Des étudiantes du master IFPE à Fribourg pour un séminaire européen

Du 13 au 15 décembre, les étudiants du Master Ingénierie de la Formation Professionnelle (IFPE) ont participé à un séminaire européen de recherche des masters en formation d’adulte et formation professionnelle à Fribourg (Suisse). En effet, désormais le Master IFPE est inscrit à ce séminaire qui se déroule en deux sessions, l’une à l’automne et l’autre au printemps. Il regroupe les étudiants des masters en Sciences de l’Éducation et/ou de psychologie encadrés par le laboratoire de « didactique universitaire » (www.unifr.ch/edu/fr) de l’université de Fribourg (Suisse), le laboratoire RIFT (www.unige.ch/fapse/rift/) de l’université de Genève, le laboratoire GRISEF (www.uclouvain.be/girsef) de l’université de Louvain-la-neuve (Belgique), le laboratoire Experice (https://experice.univ-paris13.fr/) de l’université Paris 13, le laboratoire CRF (http://recherche.cnam.fr/crf/) du CNAM de Paris, le laboratoire CREAD (http://cread.espe-bretagne.fr/) de Brest et des laboratoires associés pour le Master IFPE, le LEAD (http://leadserv.u-bourgogne.fr/fr/) et DPF (https://eduter-recherche.fr/) de Dijon. Ce séminaire international vise à soutenir les travaux d’étude et de recherche réalisés par les étudiants, qu’ils concrétisent par un « mémoire » en fin de formation. La session d’automne se focalise sur le processus de problématisation, alors que celui de printemps examinera les questions méthodologiques. Ces Travaux d’Étude et de Recherche interrogent de façon récurrente les rapports complexes entre l’ingénierie et la recherche scientifique, leurs différences et leurs apports réciproques.

 

La rencontre entre étudiants de divers masters, de divers pays, et entre les enseignants de ces équipes, est un très beau creuset pour, tout à la fois, élargir son point de vue sur son propre sujet d’étude en favorisant des comparaisons distanciatrices et approfondir l’élaboration de son sujet particulier en étant amené à le présenter à des auditoires avertis. Ce séminaire européen est ainsi, par la participation active de chacun, un bon moyen de se construire un paysage des évolutions de la formation des adultes, de la formation professionnelle, de leurs ingénieries, des politiques qui les sou-tendent, et des grandes questions qui les traversent, qui sont autant d’enjeux à maîtriser pour agir dans et sur l’avenir de ce domaine crucial de l’éducation permanente.