Un institut pour l'éducation et le développement professionel

19.10.2015 12:49 Il y a : 2 yrs

Thèse : "AGRICULTEURS ET APPRENANTS AU TRAVAIL"

"La transmission professionnelle dans les exploitations agrobiologiques : une approche par les configurations sociales et les situations d'interaction"

Fanny CHRETIEN a présenté et soutenu sa thèse à AgroSup Dijon le 30 juin 2015. Elle a obtenu le diplôme de docteur en sciences de l'éducation, mention Très honorable avec félicitations du jury à l'unanimité.

Le jury était composé de :

 

  • Philippe ASTIER, Professeur, Université Lyon II, Rapporteur,
  • Etienne BOURGEOIS, Professeur, Université de Genève, Président du jury,
  • Marianne CERF, Directrice de recherche, UMR 1326 LISIS, INRA, Examinateur,
  • Denis LOIZON, MCF, Université de Bourgogne, Examinateur
  • Patrick MAYEN, Professeur, UP DPF, AgroSup Dijon, Examinateur,
  • Pascale MOITY-MAÏZI, MCF HDR, UMR 0951 Innovation, Montpellier SupAgro, Rapporteur,
  • Paul OLRY, Professeur, UP DPF, AgroSup Dijon, Directeur de thèse.

 

Résumé :

En réponse à un enjeu de renouvellement de la population agricole et à une demande croissante d’installation de la part d’un public hors cadre familial, un large panel de mesures et un déploiement important de structures composent le paysage de l’accompagnement à l’installation.
Force est pourtant de constater qu’une faible part des exploitations sont effectivement transmises et qu’une part importante des jeunes installés rencontrent des difficultés à conduire les exploitations. Par ailleurs, les formations professionnelles et les dispositifs d’appui à l’installation peinent à rendre compte des situations et des apprentissages professionnels qui font problèmes pour les futurs agriculteurs et à s’appuyer sur elles pour penser la formation des compétences.
Il est dès lors pertinent de s’interroger sur les conditions d’une transmission du métier en situation de travail, susceptible d’accompagner le développement des compétences et des connaissances chez les futurs installés (stagiaires, repreneurs, salarié ou encore « couvé »).
Notre recherche s’intéresse à étudier les phénomènes de transmission observables dans les exploitations dans lesquelles au moins un agriculteur expérimenté et un apprenant interagissent dans le travail. L’objectif est d’analyser les manières dont les binômes ou collectifs, composés de professionnels et d’apprenants, appréhendent le travail en commun et la place des apprentissages et de la transmission dans le travail.
Cette thèse vise dans un premier temps à formaliser la diversité des formes de transmission professionnelle par l’élaboration d’un modèle configurationnel prenant en considération les effets éventuels produits sur ces formes de transmission par les dispositifs, les trajectoires individuelles, les contextes socioprofessionnels et le milieu de travail.
Construit à partir d’une enquête réalisée sur le stage en exploitation maraîchère biologique et d’une étude approfondie de trois cas de transmission dans des exploitations agrobiologiques, ce modèle constitue une grille de lecture des conditions dans et par lesquelles se construisent des situations potentielles de transmission. La pondération des variables qui le définissent est un moyen de caractériser la diversité des contextes de transmission des métiers agricoles.
L’angle de vue configurationnel est complété par l’analyse plus fine de situations d’interaction à travers lesquelles s’établissent des médiations à propos d’objets du travail. En considérant l’activité comme un analyseur de la transmission professionnelle, nous nous attachons à saisir les fondements conceptuels, axiologiques et pratiques qui sous-tendent les interactions entre agriculteurs et apprenants. Dans ce but, nous nous appuyons d’une part sur des concepts et méthodes de la didactique professionnelle, et d’autre part sur les théories sociologiques de la coordination, des engagements et des places sociales.
Les données empiriques mettent en évidence quelques-uns de ces objets de travail, spécifiques au domaine agricole et emblématiques de la difficulté de transmettre le métier : l’erreur et le risque dans le travail, le rapport aux instruments et aux normes, le travail avec le vivant. L’analyse des données montrent également que les enjeux d’exécution des tâches et les dynamiques d’accords et de désaccords s’articulent dans les activités de dialogue et dans l’ensemble des situations d’interaction auxquelles sont confrontés les deux groupes de protagonistes.
Ce travail propose un enrichissement de la didactique professionnelle en portant une attention particulière aux compromis et débats professionnels qui se construisent autour de la définition des concepts pragmatiques et plus largement autour de ce qui fait professionnalité.